Bienvenue sur le site de la mairie de VIGY-HESSANGE et bonne visite.

Vous trouverez ici toutes les informations relatives à la vie de notre village.
Nous restons toutefois à votre disposition pour tout autre renseignement, n'hésitez pas à nous contacter.

Notre-Dame-de-Rabas (à 5,5 km au nord-est de Vigy, à côté de Saint-Hubert)

La légende raconte : « Une chaleur accablante ! Une troupe de chasseurs et une meute de chiens poursuivent un cerf aux abois dans les bois de Saint-Hubert. Ils s’égarent. Gens et bêtes souffrent d’une soif intense. Très touché de voir ses gens et ses bêtes souffrir, Charlemagne fait alors le vœu de construire une chapelle à la Vierge si elle venait à son secours. Soudain, sous les pieds de son cheval jaillit une source fraîche et limpide. »

Une autre légende moins connue raconte : « Alors qu’il chassait dans la forêt de Saint-Hubert, Charlemagne aperçoit un chevreuil au milieu d’un torrent. L’animal reste figé sur place alors que la meute et la troupe font grand bruit. Étonné par le comportement de l’animal et soupçonnant un miracle, l’Empereur fait creuser là où s’est arrêté le chevreuil. On eut tôt fait de trouver une statue noire de la Vierge. Charlemagne lui fit édifier une chapelle qu’il nomma Rebach, c’est-à-dire « torrent du chevreuil », en allemand. »

Recensée en 1200, Rebach fut effectivement une des appellations des lieux. Il pourrait effectivement s’agir de Reh : « le chevreuil » et Bach : « le ruisseau ». Le nom a ensuite lentement dérivé vers Rabas. Le ruisseau lui s’est par contre arrêté au patronyme de Reibach. Ici il faut comprendre ruisseau à la place de torrent.

L’histoire ne semble pas contredit la possible d'influence de Charlemagne dans la construction de la chapelle de Notre-Dame-De-Rabas Les Chroniques de la cité de Metz en font d’ailleurs mention pour cette seconde version de la légende.

Histoire

Le premier oratoire aurait été érigé en 806. Cette première chapelle était très petite et n’avait pas de clocher. La chapelle actuelle a été construite sur le même emplacement.

En 1049, le pape Léon IX serait venu consacrer la chapelle. Dès le XIe siècle, la chapelle de Rabas devient un lieu de pèlerinage.

Pendant des siècles, l’abbaye Saint-Arnould de Metz a administré et entretenu la chapelle car Charlemagne était apparenté à saint Arnould. Les religieux trouvaient refuge à Rabas en cas de danger ou d’épidémie.

En 1405, les prêtres des environs de Rabas ont écrit et signé une missive dans laquelle ils font état d’une bulle en latin signée par le pape Urbain II qui parlait de la construction de la chapelle de Rabas par l’empereur Charlemagne et de sa déconsécration par le pape Léon IX. En 1603, don Floret, religieux de Saint-Arnould traduisit cette pièce en français.

À la Révolution, la chapelle fut confisquée et vendue à des particuliers en 1797 mais les pèlerinages ne s’arrêtèrent pas.

En 1423, vivait à Rabas un ermite du nom d’André, originaire de Flévy. On note également, en 1630, un autre ermite, le franciscain Colezius, docteur en théologie.

Renaissance de Notre-Dame-de-Rabas

En 1883, sur l’initiative de l’abbé Pierron et son successeur l’abbé Cazin, archiprêtre à Vigy, le domaine de Rabas est racheté aux héritiers. De 1884 à 1886, sous l’impulsion de l’abbé Cazin, la chapelle vétuste, délabrée, est reconstruite dans son état actuel, en intégrant une partie ancienne chapelle, à savoir l’entrée. À cette époque, trois vitraux ont été offerts par le vicomte de Coëtlosquet du château de Mercy. Le quatrième vitrail est un don de la baronne de l’Épée de Metz.

La chapelle possède un carillon de neuf cloches, bénites en l’église de Vigy, le 15 avril 1895. Depuis, il a été électrifié.

En juin 1984, des centaines de pèlerins ont commémoré avec ferveur le centenaire de Notre-Dame-de-Rabas avec Mgr Paul-Joseph Schmitt, évêque de Metz. Des festivités populaires avec le groupe irlandais Clann Na Gael, des animations folkloriques, des chants grégoriens grâce à la Psalette de Saint-Avold…

Chaque lundi de Pentecôte, le pèlerinage de Notre-Dame-de-Rabas revit ; de nombreux pèlerins cheminent vers la chapelle. Selon un vœu très ancien, les paroissiens d’Oudrenne et environs y viennent en pèlerinage (le mercredi après la Fête-Dieu).

La source de Charlemagne

Trois sources coulent toujours, sans tarir, à partir de Rabas et à environ 300 m en direction du hameau de Befey. La source de Charlemagne, potable, alimente le ruisseau de Rebach.

La littérature nous informe que d’après une croyance ancienne : « Pour guérir les nourrissons : apporter une chemise ou bien un autre vêtement du malade à la fontaine et jeter l’objet sur l’eau de bassin creusé devant la fontaine. Si cet objet flotte sur l’eau la guérison est considérée comme certaine. Puis toucher la statue miraculeuse de Notre-Dame de Rabas, enfin ne pas manquer de boire l’eau de la fontaine… ».

Le site de la source de Charlemagne et la chapelle de Notre-Dame de Rabas qui donne lieu à un pèlerinage et à un rite ambulatoire auprès de la source de Charlemagne trouve son origine dans des croyances pré-chrétiennes.

Gare, chemin de fer touristique de la vallée de la Canner

La ligne de chemin de fer Metz-Vigy-Anzeling a été inaugurée le 25 mars 1908 par Monsieur Watersapp, Président des chemins de fer d'Alsace-Lorraine, le maire de Vigy dit dans l'enthousiasme « que cette ligne apporte la prospérité à notre canton ».

Le 1er avril 1908 fut mise en circulation régulière la première locomotive à vapeur.

Le tracé de la ligne est issu de l’un des deux tronçons d’itinéraires stratégiques qui reliaient Metz à Anzeling via Vigy et Bettelainville à Merzig via Waldwisse. L'Allemagne de Guillaume II voulait, en cas de nouvelle guerre avec la France, amener vite et facilement des troupes du Rhin, de la Sarre vers Metz et la Frontière avec la France. Cette ligne était très technique, avec des tunnels et viaducs.

La section Vigy à Bettelainville est abandonnée par la SNCF le 26 septembre 1976. Conscient de l’intérêt touristique du site, le département de la Moselle acquiert dès 1978 la ligne qui est confiée à l’association ALEMF en 1985, puis cédée en 1991.

Depuis 1985, cette ligne de chemin de fer touristique de douze kilomètres qui relie Vigy et Hombourg-Budange, traversant la vallée de la Canner en passant par la forêt de Saint-Hubert. Des anciennes gares de Vigy et de Hombourg-Budange sont les points de départ d’arrivée.

La section de Vigy vers Metz fut victime des combats de la libération en novembre 1944 et l'important viaduc de Failly fut détruit et jamais reconstruit.

Elle fête ses cent ans le 24 mai 2008.

Les wagons de 3e et 4e classe sont classés monuments historiques.

Ouverture du 1er mai au 1er dimanche d’octobre.

Chalet de Rabas

Ancien abri du pèlerin transformé en chalet de vacances. Ce chalet appartient à la paroisse de Vigy. Les locations sont réservées aux mouvements de jeunes, associations, amicales et particuliers. Le chalet est ouvert toute l’année et géré bénévolement par l’association « Les amis de Rabas ».

Architecture religieuse

Église Saint-Léger (1868)

Saint Léger vient du germanique Ledgar « illustre à la guerre ». Il joua un rôle politique éminent au VIIe siècle à la cour d'Austrasie et à celle de Burgondie. Autrefois, lorsqu'un patient était atteint d'une maladie grave, on faisait toucher un de ses vêtements à la statue et aux reliques du saint puis on jetait le vêtement dans la fontaine Saint-Léger : s'il surnageait, la guérison était proche, mais s'il coulait... Le saint est le patron des malades.

Notre-Dame-des-Champs, monument à la vierge Marie en marbre de carrare. C'est l'abbé Léonard, archiprêtre de Vigy-Hessange de 1912 à 1927, en accord avec le conseil municipal et le maire Louis Diou, qui fit ériger ce monument en 1923. Il est visible de loin et domine le village. Ce monument aux morts (1914-1918) se trouve sur une hauteur de 281 m d'altitude près de la route de Saint-Hubert. Cette vierge regarde vers Hayange d'où l'abbé était originaire.

Baptistère, croix, calvaires (sur la façade, daté de 1631 place de Mussidan pour l’un et daté de 1723 rue de l’Abbé-Cazin ‑ curé-archiprêtre de Vigy-Hessange ‑ pour l’autre).

Architecture civile

La rue principale du village ancien d’Hessange est constitué d’usoirs.

  • Maison avec porte et linteau sculpté du XIVe siècle ;
  • ancienne fontaine à eau ;
  • bibliothèque et médiathèque municipale, gymnase Paul-Vincent, stade de football de la Forêt, stade rue du Château-d’Eau, courts de tennis ;
  • villa médicale (médecins, dentiste, kinésithérapeute) ;

Maisons remarquables

  • Maison au médaillon du XVIIIe siècle, statuette équestre en pierre en façade de « Charlemagne » d'après original du IXe siècle (Paris, Musée du Louvre inventaire OA 8260) au 4 rue de l’Abbé-Lesprand ;
  • Rue de la Ronde, place de Mussidan, rue Saint-Léger ;
  • Maison de l’époque allemande « Café de la Place », rue du Presbytère… ;
  • Maisons bourgeoises de la fin du XIXe siècle et début XXe siècle, rue du Val-de-Metz, rue de la Reine (rue de la Reine : les rues ou chemins de la Reine sont généralement attribués à la reine Brunechant, fille du roi des Wisigoths et reine du royaume d'Austrasie par son mariage en 566 avec Sigebert, petit fils de Clovis. Comme reine et régente, elle joua un rôle important dans le royaume et fit remettre en état beaucoup de routes et de chemins), rue de l’Abbé-Cazin, ancienne gendarmerie rue du Breuil (« Breuil » est un mot d'origine gauloise désignant un bois humides ou un bois de taillis ou encore un bois clos servant de pâture donc par extension un bois ou bien un pré seigneurial).

Patrimoine architectural à Hessange

La structure viaire d’Hessange est linéaire. Elle correspond au village-rue lorrain.

  • nécropole romaine ;
  • puits ;
  • croix ;
  • 
Château d’Hessange : au milieu du XIXe siècle, la démolition de la partie centrale a permis la construction d’une
entrée et des écuries avec des têtes d’animaux sculptées au-dessus de chaque fenêtre.

Quelques propriétaires du 
château :


  • 1829-1854 : Olry Louis Laurent, ancien chef d’escadron, chevalier de Saint-Louis, officier de la Légion d’honneur, son épouse Élisabeth de Faillonnet de Saint-Baussant ;

  • 1855 : Jules de Lardemelle ;
  • 
1868 : Émile Dauphin, notaire à Vigy.


Dans les années 1960-1970, la commune d’Amnéville rachète le château pour en faire un centre de vacances.

Liens utiles

Plan interactif

Mairie de Vigy

4, place de l'Église
57640 Vigy

03 87 77 91 27

Envoyez-nous un e-mail